Un impact économique insoupçonné

Selon une étude d’impact économique, l’industrie québécoise du propane enregistre un chiffre d’affaires de 650 M$, procure pas moins de 2 000 emplois et génère des revenus de 45 M$  au gouvernement du Québec. De nombreuses industries, comme celle de l’agriculture par exemple, dépendent du propane pour assurer leur bon fonctionnement et leur rentabilité.

En fait, dans le domaine agricole, le propane touche un peu à tous les aspects des opérations. Qu’il serve à chauffer, à faire fonctionner les moteurs pour l’irrigation, les séchoirs à grains, les génératrices de secours, les camionnettes ou à toute autre application, le propane peut efficacement alimenter une grande variété d’appareils et de machines agricoles. En outre, de plus en plus d’agriculteurs utilisent des chauffe-eau et des appareils de chauffage au propane, notamment dans leurs serres, leurs granges et leurs poussinières. Tout cela sans les coûts onéreux des infrastructures de gaz naturel. Ainsi, tout le fonctionnement de l’industrie agricole est intimement lié à l’énergie propane.

Au Canada, l’industrie du propane est forte et en pleine croissance. Elle compte des centaines d’entreprises, des dizaines de milliers d’employés et des millions de clients. De 2017 à 2025, grâce à l’augmentation prévue des ventes, les ventes de propane canadien devraient atteindre 4,4 G$ en moyenne par année (dollars de 2016), ce qui se traduira par :

  • près de 4,4 G$ en PIB par année pour l’ensemble du Canada
  • près de 21 000 emplois par année pour l’économie dans son ensemble
  • près de 1 G$ en recettes publiques par année

L’emploi au Canada

L’industrie canadienne du propane emploie près de 21 000 Canadiens, notamment dans les secteurs de l’extraction, de la production et du raffinage, du transport et de la distribution, de la fabrication d’équipement, de la vente et du marketing.

Ces emplois se trouvent partout au pays, mais près de 50 % sont concentrés en Alberta, le cœur de l’industrie du propane canadienne. Un nombre important de postes se trouvent aussi en Colombie-Britannique, en Saskatchewan, en Ontario et au Québec.

La valeur économique, les impôts et les redevances

Chaque année, la contribution de l’industrie du propane à l’économie du pays s’élève à près de 4,4 G$. Comme pour les emplois, l’Alberta est responsable de près de la moitié de cette contribution.

Les gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux du Canada profitent tous de la force de l’industrie canadienne du propane, puisque cette dernière génère annuellement plus de 1 G$ en impôts et en redevances. Ces fonds contribuent au financement d’importants services dans les collectivités canadiennes.

La valeur économique de l’industrie du propane poursuivra sa croissance en raison de la tendance à choisir des carburants à faible teneur en carbone, comme le propane, ainsi que des progrès technologiques et des infrastructures qui font en sorte que le propane représente un choix énergétique de plus en plus attrayant.

L’industrie du propane regroupe certaines des entreprises énergétiques les plus importantes et les plus connues du pays. Ces dernières se trouvent principalement dans le domaine de la production, tandis que des centaines de PME assurent le dynamisme des autres segments de l’industrie (vente en gros, commerce de détail, marketing et transport).

Infrastructure et offre

Les infrastructures sont bien développées au pays et permettent de produire une grande quantité de propane, que l’on peut transporter facilement par camion, par train ou par pipeline partout au Canada et aux États-Unis.

Les deux principaux carrefours de commercialisation du propane au Canada sont Edmonton, en Alberta, et Sarnia, en Ontario.

Plus de 85 % du propane canadien provient d’un mélange de liquides de gaz naturel (LGN) obtenu lors du traitement du gaz naturel et est produit dans des centaines d’usines situées sur les gisements de gaz en Alberta, en Colombie-Britannique et en Saskatchewan.

Une énergie nécessaire pour de nombreux secteurs d’activité

Près de 50 % du propane produit au Canada est utilisé au pays, alors que l’autre moitié est exportée. Au Canada, la demande est généralement plus forte l’hiver, en raison de l’augmentation des besoins de chauffage.

aqp_graph_economie_can